Robin Van Dyck

Professeur de théâtre

Membre de la Compagnie Jean Rage, Robin Van Dyck fait son entrée au Conservatoire de Bruxelles en 2010 et s’essaye à la vie d’artiste en créant différents projets en parallèle de ses études. En 2012 il joue le personnage de Muso dans Bal Trap de Xavier Durringer, mise en scène de Sandrine Guise, à la Samaritaine.


En 2013, il participe au Festival Courants d’Airs sous la direction de Benoit Pauwels dans Le mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux de Matei Visniec. Cette même année, il assiste Emmanuel Guillaume à la mise en scène de Yaacobi et Leidental de Hanokh Levin dont les représentations eurent lieu au Centre Culturel des Riches-Claires.
En octobre 2014 il joue sous la direction d’Alexis Goslain dans Un Drôle de Père au Théâtre Royal des Galeries, tout en travaillant le Récital 14-18 présenté aux Midis de la Poésie en novembre. Durant l’année 2015, il participe à plusieurs projets théâtraux ; en mars, vous avez pu le voir à l’Os à Moelle dans La Tour Mortame de François Doms, en mai, dans une reprise du Premier d’Israël Horrovitz au centre Culturel des Riches-Claires, et en décembre dans On purge bébé de Feydeau à la Samaritaine. Depuis 2015 il collabore également au Festival Artonov. Il intègre cette même année l’équipe du Café-Théâtre de la Toison d’Or, et participe en tant que comédien à plusieurs projets par saison ; 2015-2016 : En vous remerciant d’Antoine Guillaume, On dit une couque de Maxime Anselin, 2016-2017 : Saint-Céryland de Jeanne Delsarte. En avril 2017 il crée Chemins de Travers de Mathilde Geslin et Mickey Boccar au Festival Courants d’Airs. Il joue en ce moment dans les écoles Riquet à la Houppe de Charles Perrault.


En plus de jouer il s’exerce depuis son enfance à l’écriture. En 2012 sa première pièce, Lune, est présentée au public lors d’une Lecture-Spectacle. Sa passion l’entraîne l’année suivante dans l’écriture de Sortie A, mise en scène d’Olivier Francart avec Bernard Gahide et Camille Pistone, qui sera cette-fois-ci jouée lors du Festival Courants d’Airs 2013. Son troisième texte, Sarah 1912, est joué au Centre Culturel des Riches-Claires en janvier 2015. Une Solution pour Lisbeth Vanderzogel, sa dernière création comme auteur et metteur en scène, a été jouée en février 2017 à l’Os à Moelle, en mars au Centre Culturel des Riches-Claires et au Centre Culturel de Jette. La pièce sera reprise le 13 juin au Centre Culturel d’Auderghem.